Archives de Catégorie: Challenges

Si je m’inscris à un challenge, c’est ici que vous retrouverez les informations principales.

Pride & Prejudice, de Jane Austen

Pride & Prejudice

Titre: Pride & Prejudice

Éditeur: Penguin Classics

Date de publication: 1813 (1ère édition), 2006 (Penguin Classics)

Langue: Anglaise

Nombre de pages: 428 pages

Quatrième de couverture (en anglais):

First impressions aren’t always the best…

Lizzy’s embarrasing mother is determined to pair her off as soon as possible. But when she’s introduced to the highly eligible bachelor Darcy, Lizzy decides he is far too aloof for her liking. He, for his part, seems totally indifferent to her. Then she discovers that he’s been meddling in her family’s affairs, and is determined to dislike him more than ever.

But what are Darcy’s real motives? Is he more interested in Lizzy than he’ll care to admit? And could pride stop them both from admitting what they really feel?

Mon avis:

La première fois que je chronique un classique. (Grande émotion). Ceux qui me suivent savent (ou peut-être pas, peu importe) que je participe actuellement au Challenge Austenien lancé par Mlle Allice. Le premier livre que j’ai donc décidé de lire de cette auteure a été Pride & Prejudice (alias Orgueil et Préjugés) (et s’il vous plaît: Prejudice avec un i, pas Prejudaïce, je me suis déjà fait réprimander à cause de ce détail :P). Pourquoi? Parce que j’ai déjà vu l’adaptation cinématographique de 2005, et que Elizabeth (enfin Keira Knightley, à vrai dire) et Mr Darcy m’ont fasciné. Je vous livre maintenant mes impressions sur le livre, 3 mois après avoir commencé sa lecture (ho non, je ne suis pas lent. Du tout.).

Je vais tout d’abord relever, bien évidemment, le style de Jane Austen. Même si le livre date du XIXe siècle (tout début du siècle, d’autant plus), l’anglais n’est pas vraiment difficile à comprendre. Certes, c’est différent de ce que j’ai pu voir dans One Day, l’anglais de Ms Austen semble plus académique, ou en tout cas plus recherché. Mais on s’y fait vite, et surtout, ça a été une joie, pour moi, de découvrir que la littérature anglaise, même moderne, privilégie tout autant un style direct, loin des fioritures francophones. J’ai également beaucoup apprécié  l’ironie dissimulée à de très nombreuses reprises dans des répliques qui pourraient sembler anodines.

Pour ce qui est de l’histoire, j’avoue avoir eu quelques difficultés. À certains passages, il me semble qu’il ne se passe pas grand-chose et que tout ce que je lis ne sert pas à faire avancer l’action. Dans cette optique, toute la première partie a été un peu difficile à surpasser, notamment parce que je n’aimais vraiment pas Mr Collins, et que Darcy n’était définitivement pas assez présent. Cependant, je vous rassure: passée cette première partie un peu longue, le livre est très bien construit et l’histoire devient, pour moi, plus intéressantes.

À propos des personnages, je peux dire qu’il y en a beaucoup, et pour tous les goûts. À part l’exception que je viens de citer et Lady Catherine de Bourgh, j’ai aimé la plupart des personnages. La famille Bennet est certes spéciale, mais charmante! Entre Jane et Liz, très posées et décidées, et leurs soeurs cadettes (sauf Mary), plutôt mouvementées et insouciantes, il y a là toute une panoplie de caractères qui ne peut pas nous ennuyer, sans compter encore les positions si différentes sur leurs affaires familiales de Mr et Mrs Bennet. De même, la famille Lucas était agréable; une partie des Bingleys était par contre moins supportable. Néanmoins, j’ai vraiment été fasciné par l’histoire d’amour que vivent Darcy et Elizabeth. Celle de Jane et Bingley est certes charmante, celle de Lydia et Wickham presque exaspérante, mais les deux restent prévisibles. L’amour qui naît entre Liz et Darcy est quant à lui bien différent, et les états d’âme d’Elizabeth, qui commence par haïr Darcy puis par l’apprécier peu à peu, sont très bien décrits par Austen, qui semble vouloir donner une dimension réaliste au livre.

Maintenant que je reprends cette chronique, je me rends compte que je n’arrive pas à retrouver la plupart des observations et commentaires que je voulais partager dans ma chronique. Pride & Prejudice a été une lecture agréable, quelquefois un peu difficile. Je me suis facilement attaché aux personnages principaux, et aucun d’entre eux ne m’a laissé différent (mes amis Facebook et Livraddict se rappellent peut-être d’un de mes statuts, où je m’emportais légèrement contre Lady Catherine de Bourgh). Le livre est également une excellente représentation de l’univers social anglais du XIXe, avec tout ce qu’une telle société implique pour les femmes: le mariage. Pride & Prejudice retrace jusqu’où cette aventure peut mener, pour le meilleur ou pour le pire, sans être un livre moralisateur.

[Challenge Austenien] – Pride & Prejudice: started reading

Hello!

Un petit billet pour vous dire que je me suis officiellement lancé dans le Challenge Austenien avec la lecture d’Orgueils et Préjugés, en version originale s’il vous plaît!

Je l’ai acheté en édition Penguin, bien évidemment. J’adore ces éditions: leurs couvertures sont franchement réussies (que ce soit celle-ci, en poche, ou les autres Penguin Classics, plus grands), et la couverture paperback est très agréable. Par contre, j’apprécie moins les Penguin verts: ils sont en effet vraiment pas chers, mais les pages se déchirent, ce qui me chagrine tout le temps.

Pour en revenir à P&P (ou O&P, choisissez), j’apprécie assez pour le moment. Mettons que je connais déjà l’histoire (merci Keira Knightley!), ce qui facilite peut-être la lecture. J’apprécie néanmoins les chapitres très courts, pour la plupart, j’ai l’impression de les lire plus vite!

Je vous laisse avec un passage du livre, en lien avec mon dernier article, sur la poésie:

‘When she was only fifteen, there was a gentleman at my brother Gardiner’s in town, so much in love with her, that my sister-in-law was sure he would make her an offer before we came away. But however he did not. Perhaps he thought her too young. However, he wrote some verses on her, and very pretty they were.’

‘And so ended his affection,’ said Elizabeth impatiently. ‘There has been many a one, I fancy, overcome in the same way. I wonder who first discovered the efficacy of poetry in driving away love!’

‘I have been used to consider poetry as the food of love,’ Said Darcy.

‘Of a fine, stout, healthy love it may. Every thing nourishes what is strong already. But if it be only a slight, thin sort of inclination, I am convinced that one good sonnet will starve it entirely away.’

Jane Austen, Pride & Prejudice, Vol. I, Chapter 9

Challenge Austenien

(Ho God, mon premier « vrai » billet, qui n’est pas fait pour me présenter! So exciting! :-))

Grâce à ce fameux site où je me suis inscrit (i.e. Livraddict), j’ai commencé à découvrir la vie cachée des lecteurs sur Internet; et l’une des activités que ces gens aiment le plus faire, ce sont des challenges!

Pour le coup, je me suis inscrit à un challenge pour lire l’œuvre de Jane Austen. Je vous laisse la description qu’en a fait sa créatrice, j’ai nommé Mlle Alice:

On aime Jane Austen, on croit la connaître et puis patatra, tout s’écroule! On fait un mauvais score à un quizz austenien puis en relisant la fin d’un de ses livres, on se rend compte qu’on en gardait un souvenir assez inexacte! C’est le début de la fin… Et là, on comprend qu’il est grandement temps de se replonger corps et âme dans son oeuvre! Alors voilà, je me lance!! Voici venu mon premier Challenge Austenien!

La règle principale est très simple: passer de bons moments en compagnie de Jane! Bon, pour les détails techniques, il suffit de vous inscrire, quand vous le voulez. Le challenge durera un an, disons jusqu’au 1 Mai 2012 mais sera sûrement reconduit ensuite. A chaque fois que vous posterez un billet, vous pourrez me le signaler sur la page spéciale que je viens de créer et je mettrai un lien vers votre blog. En échange, merci de mettre un lien vers cette même page dans vos billets et la bannière du challenge sur votre blog.

Dernier détail, choisissez votre niveau:

Niveau Henry Tilney: 2 livres de Jane Austen, 2 livres de paralittérature austenienne, 2 adaptations

Niveau Captain Wentworth: 4 livres de Jane Austen, 4 livres de paralittérature austenienne, 4 adaptations

Niveau Mr. Darcy: 6 livres de Jane Austen, 6 livres de paralittérature austenienne, 6 adaptations.

Je m’inscris donc pour le niveau Henry Tilney. À vrai dire j’ai déjà tout un plan de lecture: je vais sûrement commencer par Orgueils et Préjugés, en anglais pour le coup (on verra si j’arrive), puis par Emma (que j’ai déjà en portugais, alors j’en profite). Par la suite, je m’attaquerai à Orgueils et Préjugés et Zombies (en portugais, encore une fois), et je chercherai un ouvrage de paralittérature sur le personnage d’Emma. Pour les adaptations, je reverrai avec grand plaisir le film de 2005 issu d’Orgueils et Préjugés, puis je me renseignerai sur ce qui existe à propos d’Emma.

Can’t wait! 🙂

Challenge Austenien

P.S.: Il semblerait bien que je sois le premier homme à m’inscrire à ce challenge d’ailleurs. (Oui, je lis Jane Austen – et je fais aussi la cuisine, et le ménage, si ça intéresse quelqu’un.) (Non, je ne suis pas désespéré, non.)